About

human future dance corps (hfdc) est une compagnie artistique pluridisciplinaire dédiée à la création, présentation et diffusion de performances critiques et contemporaines. Hfdc produit les œuvres de sa directrice artistique DD Dorvillier, ainsi que des collaborations avec plusieurs artistes internationaux issus d’horizons multiples.

Ensemble, ils créent des travaux en usant de processus et pratiques autant physiques qu’intellectuels, tout en œuvrant, avec rigueur et dérision, pour étendre les définitions de la danse, la musique, le fait d’être spectateur.

Hfdc s’efforce de creuser ses pratiques de création et de partager ses idées et techniques avec le plus grand nombre, mais aussi de présenter une œuvre provocante à même d’inspirer d’autres pairs et jeunes artistes, participant ainsi au développement du spectacle vivant.

Du travail de DD Dorvillier (Puerto Rico, 1967) surgissent des questions concernant les relations complexes entre l'abstraction, la corporalité, le langage, la perception, le sens. Sa pratique est à la fois conceptuelle et physique, et s'appuie largement sur des sources externes pour construire ses partitions, et matériaux chorégraphiques. Ces poursuites formelles génèrent souvent des propos chargés de sens, des sensations inattendues, de l'humour, de nouvelles questions... La recherche sur la relation (ou non-relation) musique/danse, ainsi que le travail avec la lumière en tant que matière artistique sont souvent moteurs pour ses œuvres.

DD Dorvillier développe son travail à New York en 1989. Pendant une douzaine d'années elle vit et travaille à Brooklyn, à la Matzoh Factory, une ancienne usine convertie en lieu de création, spectacles et fêtes avec la chorégraphe Jennifer Monson. Les 18 œuvres répertoriées dans son projet au long cours A catalogue of steps sont créées dans cet espace. En 2010 elle s’installe en France et continue d’élaborer sa pratique artistique à l’international.

Filipe Braga © Fundação de Serralves, Porto

Son travail de création et d'interprète est primé par des Bessie Awards : Dressed for Floating (2003), Nottthing Is Importanttt (2007), Parades & Changes, replays (2010). Elle reçoit également le Foundation for Contemporary Arts Award (2007) le John Simon Guggenheim Award (2011), et le Doris Duke Performing Artist Award (2013).

Avec la création de No Change or « freedom is a psycho-kinetic skill » (2005) son travail est présenté pour la première fois à l'international. Au fil de ses créations une démarche importante autour des relations son, lumière, et mouvement est développé, avec Nottthing Is Importanttt (2007) suite de trois pièces autonomes – une danse, un film, et une installation sonore ; CPAU, Get Ready ! (2009) tryptique qui se confronte à l'impossibilité de comprendre la chorégraphie en termes linguistiques et Danza Permanente (2012), un quatuor à cordes transposé en mouvement par quatre danseurs. Ces trois pièces sont créées en collaboration avec la compositrice Zeena Parkins et le créateur lumière Thomas Dunn. Elles sont présentées à New York dans des lieux comme The Kitchen ou New York Live Arts mais aussi en France (Atelier de Paris / Carolyn Carlson, Rencontres Chorégraphiques Internationales de Seine-Saint-Denis), Belgique (Playground Festival/STUK, Kaaitheater, DeSingel), Autriche (Impusltanz), Allemagne (Künstlerhaus Mousonturm, Hebbel am Ufer)…

En 2014, Danspace Project commissionne la chorégraphe à créer la Danspace Project Platform 2014: Diary of an Image by DD Dorvillier, quatre semaines dédiées à son œuvre, sa pratique, et son parcours artistique. Le projet donne lieu à deux créations: Diary of an Image et A catalogue of steps.

Sa dernière création Extra Shapes (2015), nouvelle collaboration avec le compositeur Sébastien Roux et le créateur lumière Thomas Dunn, tourne à l’international et est présentée au Centre Georges Pompidou à Paris en février 2017.

Collaborateurs

Sébastien Roux (né en 1977) compose de la musique expérimentale qu'il donne à entendre sous la forme de disques, de séances d'écoute, d'installations ou parcours sonores, d'œuvres radiophoniques. Il travaille autour des questions de l'écoute, de l'espace sonore et de la composition à partir de contraintes formelles.

Depuis 2011, il développe une approche basée sur le principe de traduction sonore, qui consiste à utiliser une œuvre pré-existante (visuelle, musicale, littéraire) comme partition pour une nouvelle pièce sonore.

Ce procédé a donné lieu à Quatuor, musique électro-acoustique d'après le 10ème Quatuor de Beethoven et Nouvelle, pièce radiophonique basée sur La légende de Saint Julien l'Hospitalier de Flaubert. Le développement le plus récent de ce processus de traduction est Inevitable Music, dont la démarche vise à utiliser les règles et les techniques des dessins muraux de Sol LeWitt à des fins sonores.

En parallèle, Roux collabore régulièrement avec des artistes issus de différentes disciplines. Il travaille avec l’auteure Célia Houdart et le scénographe Olivier Vadrot sur des projets transdisciplinaires et in situ. Il a également réalisé l'environnement sonore de plusieurs pièces chorégraphiques de DD Dorvillier, Sylvain Prunenec et Rémy Héritier.

Assistant musical à l'Ircam pour Georges Aperghis, Gérard Pesson et Bruno Mantovani, il a de plus collaboré avec Morton Subotnick pour Parades and Changes, replays de Anne Collod et Anna Halprin.

Il a bénéficié de commandes et de résidences de la part de EMPAC (USA), de Deutschlandradio Kultur, de la WDR (Westdeutscher Rundfunk), du ZKM (Zentrum für Kunst und Medientechnologie), de la RSR (Radio Suisse Romande), du GRM (Groupe de Recherches Musicales), de la Scène Nationale de Montbéliard, de La Muse en Circuit - Centre National de Création Musicale, de CESARE - CNCM et du GMEM (Groupe de Musique Expérimental de Marseille) – CNCM. Il a été lauréat de la Villa Médicis hors-les-murs (USA, 2012) et du concours d'art radiophonique de La Muse en Circuit.

Il est actuellement pensionnaire de la Villa Médicis à Rome pour la saison 2015-2016.

 

Thomas Dunn est un artiste américain basé à NewYork. Sa conception de  l'éclairage  provient  de  plusieurs  années  de  travail  d'enquête  avec  la  lumière,  la traitant à la fois comme un outil de sculpture et une facette de la scénographie. Au fil du temps  il  a  développé et,  inévitablement,  appris  à  considérer  la  lumière  de  nouvelles manières, à  jouer  avec  ses  qualités  perceptuelles,  en  l'utilisant  comme un  outil  pour activer,  plier  et  manipuler  l'espace.  Ses  premiers  travaux  se  sont  inspirés  de  James Turrell et Robert Irwin.

Dunn crée les conceptions lumières de tous les projets de human future dance corps depuis 2004: Coming Out of the Night With Names (2004); No Change or “freedom is a psychokinetic skill” (2005); Nottthing Is Importanttt (2007); Choreography, a Prologue for the Apocalypse of Understanding, Get Ready! (2009); Pièce Sans Paroles (2010); Danza Permanente (2012), Diary of an Image (2014), et Extra Shapes. (2015).

En 2007 il est lauréat de la Bessie Award pour son travail sur Nottthing Is Importanttt à The Kitchen. Il travaille aussi pour TheaterWorks Singapore, The Civilians, Trajal Harrel, Sens Productions, et Beth Gill, parmi d’autres.

En 2009 il reçoit le Kevin Kline Award for Outstanding Lighting Design.

 

Walter Dundervill est un artiste, chorégraphe et danseur basé à New York. Il crée des performances immersives dans un environnement mêlant la danse, les arts visuels, le costume et le son. Son travail a été présenté au Dance Theater Workshop, New York Live Arts, MoMA PS1, The New Museum, Danspace Project, Participant Inc., JACK, et au festival “Solo in Azione” à Milan.

Dundervill a reçu en 2016 la bourse de la Foundation for the Contemporary Arts. Il est aussi lauréat de la Bessie Award en tant que danseur dans under/world, de la chorégraphe Rose Anne Spradlin pour la création des costumes de Puro Deseo, de la chorégraphe Luciana Achugar, et aussi bien que la scénographie pour son propre projet chorégraphique Aesthetic Destiny 1: Candy Mountain, présenté au New York Live Arts en 2012. Walter fait partie du Conseil des Artistes de Movement Research à New York et a été artiste associé au New York Live Arts et au Movement Research.

Katerina Andreou est interprète et chorégraphe. Après ses études en droit à l'Université d’Athènes, elle danse à l'Ecole Supérieure de Danse d'Athènes, puis intègre ESSAIS, le master en création chorégraphique du Centre National de la danse contemporaine d’Angers (CNDC) dirigé par Emmanuelle Huynh.

Elle a collaboré avec les chorégraphes DD Dorvillier, Emmanuelle Huynh, Lenio Kaklea, Anna Gaiotti, Ana Rita Teodoro et avec le plasticien Jocelyn Cottencin. Elle a fait partie du projet TRANSFABRIK sur les politiques des programmations en France et en Allemagne dirigé par Yvane Chapuis et Franz Anton Cramer et du laboratoire collectif Emanticipation, initié par Emmanuelle Huynh et François Quintin à la Fondation Lafayette Anticipation à Paris. Elle a eu la bourse Danceweb en 2015.

Dans son propre travail elle cherche à développer des dispositifs et pratiques qui remettent en question l'instant, le mécanisme des prises de décisions comme une illusion de libre arbitre. Ses pièces Manèges, Manèges vs Rbel fter m Heart, et Sable ont été présentées en France, en Allemagne et à New York. Son projet Objects of Contagion, avec Jasmin Ihrac et Lynda Rahal, a eu le soutien de Life Long Burning (Wild Cards résidence, CCN Montpellier).

Son dernier solo A kind of fierce a reçu le prix Jardin d’Europe du Festival ImpulStanz et a été présenté au Festival d’Athènes, au CDC Atelier de Paris / Carolyn Carlson et au Festival NEXT.

 

Ayȿe Orhon est interprète et chorégraphe. Diplômée d’ArtEZ en 2001 et du Theaterschool d’Amsterdam avec sa recherche "Permeable Manifestations" en 2013, elle a dansé avec Aydın Teker et Emmanuelle Huynh et collaboré avec l’artiste plasticien Gülsün Orhon. Elle a présenté ses pièces Can You Repeat? (2007), hava (2009), ÇOK (2010), folk (2011) dans plusieurs festivals européens, tout comme sa dernière performance thinging (2013), dans laquelle le public peut devenir l’unique acteur de la pièce. Dernièrement, elle enseigne et dirige Cribles de Huynh avec différentes équipes dans plusieurs festivals.

Depuis 1997 Ayȿe Orhon a travaillé sur le mouvement et la thérapie par son biais. Elle a été invitée au CNDC d’Angers en tant que conférencier ainsi que dans deux universités à Istanbul depuis 2002. Depuis 2004 elle enseigne la technique Pilates comme post- rééducation et la thérapie du mouvement. Enfin, formée à la musique classique ottomane et occidentale (harpe), elle a un intérêt croissant pour la « voix en mouvement ».

 

Olivier Vadrot (né en 1970) est diplômé de l’école d’architecture de Lyon. Associé au centre d’art La salle de bains à Lyon entre 1999 et 2008, puis au collectif Cocktail Designers de 2004 à 2012, il collabore aussi fréquemment à des projets électroacoustiques in situ avec le musicien Sébastien Roux. Il a été pensionnaire de l’Académie de France à Rome – Villa Medicis pour l’année 2012-­2013.

Ses réalisations, qui ont en commun une échelle quasi­architecturale, peuvent être définies comme des outils de médiation au service de contenus artistiques ou culturels. C’est le cas par exemple du Kiosque électronique (2004), version contemporaine et nomade du kiosque à musique ou plus récemment de Circo Minimo (2012), un gradin circulaire escamotable destiné aux lectures publiques dans les jardins.

Bryan Campbell est un artiste américain et interprète basé actuellement à Paris. Diplômé de la Tisch School of the Arts (New York) Arts et de la Salzburg Experimental Academy of Dance (SEAD), il commence sa carrière en tant que chorégraphe et interprète à New York.

Son quintet Ticker (2007) a été présenté au Dance Theater Workshop en 2008. Campbell a été curateur de la soirée «Bless This Mess» à The Tank, où il a créé sa pièce Figure Live. Il a ensuite créé une série de solos autonomes sous le nom de Seven Activities of the Historical Object. Study for Seven Activities a été sélectionné pour une résidence de création et première à Chen Dance Center (New York) et Study for Study commandée par Creative Dance Continuum (New London Etats-Unis). Campbell a créé le quartet Hares on the Mountain (2009) au Festival LaMama MOVES! (New York). Il a été deux fois en résidence au PACT Zollverein (Essen D), ainsi qu’à Wuppertal dans le cadre de TanzRecherche # 8.

En tant qu'interprète, il a travaillé à New York avec les chorégraphes Karl Cronin, David Parker, Sydney Skybetter, Christopher Williams. En 2009, il a été invité à participer à ex.e.r.ce 09/10, sous la direction de Mathilde Monnier au CCN de Montpellier Languedoc-Roussillon. Il a reçu le soutien de FUSED pour ses pièces Research for the quadruped protagonist et QUADRUPED PROTAGONIST présentées au Théâtre de la Cité Internationale (Paris), l’Espace Bernard Glandier (Montpellier), GogolFest (Kiev), Movement Research Judson Church (New York), KUNSTKOMPLEX (Wuppertal), et Beursschouwburg (Bruxelles). Il a joué récemment dans des projets de Emmanuelle Huynh, David Wampach, Loïc Touzé, Jana UnmuÌssig et Antonija Livingstone et Jennifer Lacey. Il a reçu la bourse DanceWEB du Festival ImpulsTanz (Vienne AT) en 2013.

 

Rémy Héritier (France, 1977) vit à Paris et à Lille. Depuis 2005 il a créé successivement Arnold versus Pablo, Archives, domestiqué coyote, Atteindre la fin du western, Dispositions, Chevreuil, Facing the sculpture, une étendue, Percée Persée, Jeux chorégraphiques (co­signé avec Laurent Pichaud), Another version (cosigné avec Marcelline Delbecq). Son travail à été présenté en France et à l’international.

Depuis 1999 il a été interprète auprès de Laurent Chétouane, Christophe Fiat, Philipp Gehmacher, Matthieu Kavyrchine, Jennifer Lacey, Mathilde Monnier, Laurent Pichaud, Sylvain Prunnenec et Loïc Touzé. Parallèlement, il enseigne régulièrement dans des lieux tels que le Tanzquartier Wien, à l’Arsenic Lausanne, l’Ecole Nationale Supérieure du Paysage de Villeneuve d’Ascq et de Versailles, Çati Dans à Istanbul, EXERCE centre chorégraphique national de Montpellier, CNDC d’Angers,Tshek Summer Dance School Moscou, etc.

En 2013 il est lauréat du programme « Hors les Murs » de l’Institut français. Il reçoit en 2014 une bourse du FNAGP (Fond National des Arts Graphiques et Plastiques) et une de IASPIS (The Swedish Arts Grants Committee) pour la création de Here, then avec Marcelline Delbecq.

À travers ses différentes pièces, Rémy Héritier engage dans des écritures chorégraphiques la résurgence de strates temporelles et spatiales d’un lieu, creusant ainsi l’épaisseur du passé pour parvenir au présent. Cette fouille archéologique dans un contexte donné, dans son histoire personnelle de la danse, dans celle de ses collaborateurs, lui permet de déplacer des notions liées à d’autres disciplines telles que l’intertextualité, le reenactement ou le Tiers paysage, et convoquer ainsi de nouvelles poétiques du geste.

 

Myrto Katsiki est chercheuse en danse et danseuse. Après une formation en danse contemporaine à l’École nationale de danse d’Athènes, elle a obtenu un Master de recherche au sein du département Danse de l’Université Paris 8 où elle achève actuellement une thèse sur la notion de neutre en danse. Elle enseigne l’Analyse d’œuvres chorégraphiques au département Danse, Université Paris 8 et intervient dans le cadre du Master ex.e.r.ce - études chorégraphiques « Recherche et représentation » à ICI-CCN de Montpellier. Elle a aussi enseigné dans le cadre du Master en chorégraphie essais au CNDC d’Angers (dir. Emmanuelle Huynh) ainsi qu’à l’ l’École nationale de danse, Grèce.

En 2012, elle a conduit avec Jennifer Lacey, Emmanuelle Huynh, Isabelle Ginot et Anne Kerzerho le projet de recherche « La critique en action : regards de l’art et regards sur l’art » (soutenu par le LABEX Arts H2H) qui a donné lieu au Festival CRITIQUES (décembre 2012, CNDC d’Angers). En 2012, suite à une invitation de Jennifer Lacey, elle a participé au projet TTT–Teaching the Teachers dans le cadre du festival ImPulsTanz à Vienne. De 2013 à 2016, elle a été membre du comité de redaction de la revue Repères. Cahier de danse. Membre fondateur de ZITA dance company (Athènes, 2002), elle a notamment travaillé en Grèce comme interprète avec la chorégraphe Iris Karayan et collabore actuellement avec la chorégraphe américaine DD Dorvillier pour le projet A catalogue of steps.

 

Fanette Mellier est une graphiste française, diplomée en 2000 de l'École des arts décoratifs de Strasbourg. Spécialiste du graphisme imprimé, elle répond à des commandes, souvent atypiques, dans le domaine culturel. En parallèle de ces travaux commandés, qui la confrontent à des problématiques diverses, elle s'investit dans des projets expérimentaux dans le cadre de résidences, cartes blanches et expositions. Ces travaux spécifiques, parfois menés avec d'autres créateurs (écrivains, musiciens, scénographes…), lui permettent de questionner librement des notions fondamentales du graphisme: typographie, couleur, fabrication, rapport à l'espace public…
Sa démarche peut être définie comme une exploration poétique des techniques industrielles d'impression, en écho au contexte intellectuel, culturel et social de chaque projet. Fanette Mellier est pensionnaire de l'Académie de France à Rome - Villa Médicis pour 2012-2013.